Netty2014 Nominants

Les migrations d’Arméniens

1-Qafqazda-Osmanlılara-qarşı-vuruşan-və-girdikləri-məhəllələrdə-vəhşiliklər-törədən-Hınçaq-erməni-könüllü-dəstələrindən-bir-qrup-İzk-qəzeti-2-mart-1915-manset

Les Arméniens se racontent

1  Qafqazda Osmanlılara qarşı vuruşan və girdikləri məhəllələrdə vəhşiliklər törədən Hınçaq erməni könüllü dəstələrindən bir qrup (İzk qəzeti 2 mart 1915)

« Les agents du parti « Dachnak » du gouvernement arménien s‘efforcent d’annexer le Karabagh à l’Arménie. Cela revient à priver la population du Karabagh de ses moyens d’existence, qui sont liés avec Bakou, et les unir à Erevan, avec laquelle ils n’ont jamais été en relations. Les paysans arméniens ont décidé au cinquième Congrès de reconnaître l’Azerbaïdjan et de s’unir à lui ».

Anastase Mikoyan, dans la lettre à Lénine du 22.05.1919.

Traduit du site internet : http://www.armenianreality.narod.ru/armenians.html

ertytt-1024x751

Des scientifiques ont éventé les fantaisies historiques arméniennes

ertyttUne immense partie de la nation arménienne, qui sont les descendants de ceux qui ont migré dans le Caucase sous le patronage de la Russie, ont recouru à tout un éventail de mensonges et de falsifications pour pérenniser leur domination dans cette riche et antique région caucasienne afin d’y fonder un Etat.

Thomas de Waal : « La République Socialiste soviétique d’Arménie a été instituée pour devenir la patrie des Arméniens »

Tomas de Vaal

Au XIXe siècle, cette métropole est devenue la ville arménienne d’Irévan en recevant de milliers de familles arméniennes après la déportations de la Turquie et de l’Iran.  Toutefois, en 1870, douze mille personnes y vivaient. En d’autres termes, il était plus petite que la ville de Choucha. Et les refugiés arméniens ont donné la préférence de chercher un travail à Bakou. (Lourie, Yerevan’s Phenomenon, p. 177-178).

az-ermenilerin-gelisi193-140

Dans la « province d’Arménie » étaient enregistrés en 1852, 81 749 Musulmans et 25 131 Arméniens locaux

 az-ermenilerin-gelisi

Au début de 1829, sur instruction du comte d’Erivan-Paskevich , l’administrateur russe I.Shopen réalisera un recensement dans « l’oblast arménien ». Les conclusions de ce recensement, qui consiste en un manuscrit d’un total de 20 volumes, sont incluses dans l’ouvrage «Monument historique de la période d’intégration de l’oblast arménien à la Russie », publié en 1852. Selon I. Shopen, dans cet oblast arménien, il y avait 752 villages, dont 521 dans la province d’Irevan, 179 au Nakhitchevan, 52 dans la circonscription d’Ordubad. A la suite de la guerre, 359 villages furent ruinés, dont 310 villages dans la province d’Irevan, 42 villages au Nakhitchevan, 6 villages à Ordubad.

rusiya istilasi kicik

« Jusqu’à l’invasion russe les Arméniens n’y ont jamais été majoritaire »

rusiya istilasi

Dans une déclaration erronée, biaisée, fausse et absolument ridicule le président arménien Serge Sarkissian a écrit que « la population du Karabagh a été pendant des millénaires exclusivement arméniennes, les tribus de nomades turcs et musulmans n’ayant commencé à s’y installer qu’à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle». 

Untitled-11-1024x656

L’installation des Arméniens

Untitled-1

Le 12 octobre 1813- La victoire de la Russie а l’issue de la guerre contre l’Iran dans les années 1804- 1813 et la partition de l’Azerbaïdjan, aux termes du traité de Gulistan, ont résulté en une migration de populations arméniennes vers l’Azerbaïdjan du Nord.