Analyses

Azerbaïdjan: 25 ans se sont écoulés de la tragédie d’Aghdaban

17

Dans la nuit du 7 au 8 avril 1992, le village d’Aghdaban de la région de Kalbadjar a été complètement brulé et rasé par les soldats arméniens. 779 habitants du village ont soumis à des tortures inhumaines, 67 personnes ont été tuées, 8 personnes âgées, 2 enfants et 7 femmes ont été brûlées vifs.

Les faux arguments du soi disant génocide arménien

georges_malevilleRappelons qu’en 1920, Andonian, arménien exilé et jusqu’alors parfaitement inconnu, fit paraître en anglais et en français une série de « documents » constituant, selon lui, la copie de télégrammes chiffrés adressés en 1915 et au début de 1916 par Talaat Pacha au préfet d’Alep, concernant les mesures d’extermination à prendre contre les Arméniens. Ces photographies, publiées curieusement à point nommé, juste au moment de la signature du traité de Sèvres furent produites en 1921 en Allemagne au procès de Tehlirian, l’assassin de Talaat Pacha. Le tribunal les écarta d’ailleurs des débats.

Appel du Président de la République d`Azerbaïdjan Heydar Aliyev au peuple azerbaïdjanais à l`occasion du 31 mars – Jour du génocide des Azerbaïdjanais – Le 31 mars 1999

Chers compatriotes !

Aujourd`hui l`Azerbaïdjan vit la huitième année dans les conditions de son indépendance. Un des progrès clés dont nous avons fait pendant la période de l`indépendance est le fait que nous avons eu la possibilité de brosser un tableau objectif de la période et des évènements de notre histoire cachés, falsifiés et faussés de longues années. Un de ces évènements est le Jour du génocide des Azerbaïdjanais commémoré aujourd`hui, qui fut déjà évalué du point de vue politique et de droit par notre Etat.

Pendant les sanglants événements de 1918, 3.000 juifs d’Azerbaïdjan ont également été tués sauvagement

soyqirim

….il y a plus d’un siècle que les peuples turcs souffrent, au moral et dans leur intégrité physique, de la politique d’occupation et de génocide menée par les nationalistes extrémistes  arméniens. Afin de justifier leur politique de nettoyage ethnique, qui est le prélude à un expansionnisme territorial, les nationalistes extrémistes arméniens prennent appui sur le mythe du soi-disant « génocide arménien » commis en 1915 par la Turquie ottomane.